Aux origines du FAP et du catalyseur | Connaître et comprendre la loi

Aux origines du FAP et du catalyseur | Connaître et comprendre la loi

On parle beaucoup du FAP et du catalyseur mais on oublie bien souvent pourquoi et comment ils sont devenus obligatoires. Ils ne correspondent pas à une lubie des constructeurs mais bien à une obligation légale. Entendons-nous bien, ils ne sont pas indispensables au bon fonctionnement d’une voiture et n’en améliorent pas les performances. Tout l'enjeu ici est de vous faire prendre conscience du contexte de leur apparition et de comprendre pourquoi vous ne devez pas chercher à les supprimer, sous peine d’amendes bien salées. Toujours dans l’idée de bien vous faire connaître votre véhicules, Krosfou vous transporte aux origines du FAP et du catalyseur.

Une réalité incontestable : la pollution de l’air

Dès que l’on appuie son raisonnement avec des chiffres, s’ensuit immanquablement une bataille d’experts. Comment dès lors interpréter correctement les données si les paramètres des mesures et des études réalisées ne sont pas les mêmes selon les interlocuteurs ?

Ce qui est certain et incontestable c’est que l’air ambiant est de plus en plus saturé et pollué. La voiture est-elle la seule responsable du désastre écologique vers lequel nous avançons à grand pas ? Non, n’en déplaise aux détracteurs de la voiture, mais elle a sa part de responsabilité. Selon un rapport publié par le CITEPA (Centre technique de référence en matière de pollution atmosphérique et de changement climatique) en 2019, les secteurs émettant le plus d’équivalent CO₂ sont : les transports pour 29 %, l’industrie et le secteur tertiaire (environ 26 %) et l’agriculture (près de 19 %).

Nos voitures, qu'elles soient essence ou diesel, rejettent toutes sortes de polluants. Les principaux sont :

  • le dioxyde de carbone (CO₂), responsable de l’effet de serre, autrement dit de l’augmentation des températures ;

  • le monoxyde de carbone (CO) ;

  • le dioxyde d’azote (NO₂), particulièrement néfaste pour les asthmatiques et les jeunes enfants ;

  • les hydrocarbures non brûlés, très volatiles.

C’est donc dans ce contexte qu’il convient d’appréhender la question des filtres à particules et des catalyseurs. Face à une pollution de l’air sans cesse grandissante, les dispositifs visant à sa limitation demeurent incontournables et indispensables.

L’ennemi public numéro 1 : les particules en tout genre

Le principe même des FAP et des pots catalytiques est de filtrer les polluants issus de la combustion du carburant.

Les polluants se dispersent dans l'air sous forme de particules (PM) plus ou moins fines, classées en deux catégories :

  • les particules primaires, directement émises dans l’atmosphère et issues de combustions incomplètes, comme celles notamment des moteurs thermiques de voitures ;

  • les particules secondaires, présentes dans l'air à cause de réactions physico-chimiques. 

Ces poussières volatiles sont dangereuses pour la santé. Elles se révèlent néfastes à des degrés différents, en fonction de leur taille :

  • les PM₁₀, au diamètre inférieur à 10 micromètres (un micromètre est un million de fois plus petit qu’un mètre). Ces particules sont stoppées au niveau du nez.

  • les PM₂.₅, les plus nocives. Leur très faible diamètre leur permet de s’infiltrer jusqu’aux alvéoles pulmonaires et même dans le sang.

Selon l’ADEME, l’Agence de la transition écologique, on estime à 48 000 par an le nombre de morts liés à la pollution de l’air aux particules.

Essence ou Diesel, la chasse au plus gros pollueur

Voilà le type de question qui risque de diviser les automobilistes ! Chaque type de carburant a ses bons et ses mauvais élèves. Il faut d’ailleurs se méfier des comparaisons trop hâtives, il n’est pas très pertinent de comparer une grosse berline avec une petite citadine.

Le site Car Labelling de l’ADEME répertorie et classe depuis plusieurs années les caractéristiques techniques de plus de 4 000 véhicules. Grâce à des fiches comparatives, vous pouvez opter pour un véhicule en fonction de critères liés à son impact sur l’environnement.

Voulez-vous savoir si votre catalyseur est défectueux ? Voulez-vous savoir si votre FAP est bouché ?

Aux origines du FAP et du catalyseur : les dates-clés

À présent que le contexte est posé, voici les dates-clés dans l’histoire du filtres à particules et du catalyseur.

1985 : Daimler-Benz est le premier constructeur à équiper la Mercedes classe S d’un filtre à particules. Il est abandonné dès 1987, en raison notamment de sa trop grande fragilité.

1993 : les catalyseurs deviennent obligatoires sur les véhicules à essence. Les diesels suivront en 1997.

Mai 2000 : le constructeur français PSA Peugeot-Citroën ressort la technologie du FAP des cartons pour en équiper sa 607.

2011 : Le filtre à particules est obligatoire pour les véhicules Diesel neufs.

Septembre 2017 : Suite aux nouvelles normes européennes, le FAP devient obligatoire pour les voitures essence neuves.

Il y a donc aujourd’hui encore des véhicules roulant sans FAP du fait de leur année de construction. Il ne vous aura pas échappé que les gouvernements successifs multiplient les primes pour inciter les particuliers à changer de véhicules afin de renouveler le parc automobile français.

S’il y avait une tolérance jusqu'à très récemment pour les véhicules défapés, les nouvelles règles du contrôle technique en vigueur depuis le 1er juillet 2019 sont beaucoup plus strictes pour les émissions polluantes des véhicules diesel.

D’ailleurs, le défapage et la suppression du catalyseur sont à proscrire, si jamais vous comptiez tenter l’expérience. Le code de la route prévoit une amende de 7 500 € pour les contrevenants car il est strictement interdit « de réaliser ou de faire réaliser sur un véhicule des transformations ayant pour effet de supprimer un dispositif de maîtrise de la pollution, d'en dégrader la performance ou de masquer son éventuel dysfonctionnement, ou de se livrer à la propagande ou à la publicité, quel qu'en soit le mode, en faveur de ces transformations » (article L318-3).



Vous êtes à la recherche de pièces détachées pas chères ? Krosfou, le leader du FAP et du pot catalytique vous propose une gamme de produits d’un excellent rapport qualité/prix. Retrouvez sur notre site l’ensemble de nos filtres à particules et de nos catalyseurs pour toutes les marques et tous les modèles de véhicules.

Posted on 20/10/2020 by Environnement 1 1332

Articles Liés

Quelle est la durée de vie d'un FAP ou d'un catalyseur ?

La question de la durée de vie des filtres à particules et catalyseurs est posée... Et elle dépend beaucoup de votre...

Comment savoir si le FAP de ma voiture est usé 

Plusieurs éléments permettent de diagnostiquer l'usure prononcée d'un filtre à particules.

1 Comment

  • Bruno

    Bruno 31/12/2020 Reply

    Bonjour à tous,
    J'ai bien compris votre écris concernant toutes les énergies fossiles, mais que pourriez vous dire concernant l'éthanol ?
    Pour exemple: J'ai une SAAB 93 version 1 essence 2.0 l turbo de 150CV, acheté en 2019 à 105000 kms d'origine, que j'ai équipé d'un dispositif pour rouler 100% à l'éthanol (fabriqué en Europe et vendu en France) composé de: le boitier électronique, sonde de température et d'un analyseur de carburant pour connaitre le % essence/éthanol à l'instant T. Je confirme que je roule 100% E85. Je ne connais pas encore le taux de pollution, mais il ne doit pas rester grand chose de nocif à l'échappement. Pour en venir à la question suivante: Suis-je obligé de conserver mon catalyseur celui-ci ne servant plus à rien. Merci de votre réponse. Bonnes fêtes à vous. Bien Cordialement.

Leave a CommentLeave a Reply

Vus récemment
Aucun produit